Saint-Expédit

Saint-Expédit est un vrai phénomène local. Pour peu que l’on n’y prenne gare, on passe rapidement à côté de ses autels sans leur accorder grâce. Pourtant ils méritent largement un peu d’attention, tant pour leur valeur symbolique religieuse qu’en raison de leur caractère tellement typique. Voyez la page wikipédia en lien dans le premier mot de ce paragraphe, ou bien encore la page de la galerie Constellation qui y consacrait récemment une exposition vente. Celle-ci était organisée sur un thème très moderne, porté par deux artistes locaux rebaptisant le Saint : 5XP10. Leurs oeuvres étaient vendues sans prix fixe : comme au Saint lui-même, on s’en remet à la merci d’éléments échappant à tout contrôle, et l’on joue le prix au… hasard ?!
« Les dessins sont en ventes, avec une originalité majeure dans l’approche du prix : vous pouvez vous en remettre au hasard. Soit vous emportez votre dessin à 350€, prix de vente fixe, soit vous tentez votre chance en jetant un dé à six faces. Si vous faites 1, vous ne paierez que 100€ ; si vous faites 2, ce sera 200€ ; et ainsi de suite jusqu’à payer 600€ si vous avez l’infortune de tomber sur 6. Le marché de l’art dont vous êtes le héros, quoi. »
Voici l’illustration de l’omniprésence du personnage. Un autel fleuri au milieu du sentier Scout, une des voies d’entrée dans le cirque de Mafate, qui n’est pas sans danger, surtout lorsqu’il pleut. Comme Kid Kreol & Boogie, je joue le jeu du contraste du rouge et noir 😉

Saint-Expédit - Sentier Scout, Cirque de Mafate

©arnaudroussiaux#13

Publicités

> 2000

20120516-224429.jpg

20120516-224320.jpg

Une matinée à plus de 2000 mètres, ça demande un peu de grimpette (en auto il est vrai) vers le Maïdo.
La rando qui monte au Grand Bénare sur le Grand Bord de Mafate est superbe, et la météo fut à la hauteur des paysages : exceptionnelle. L’occasion de valider les bobs, casquettes et chapeaux comme parasoleils dignes de ce nom.
Même la Maminie aurait eu des cloques sans notre écran 30+, c’est dire, elle qui ne connaît pas l’usage de ces crèmes de blonds 😮

20120516-224333.jpg

20120516-224348.jpg

20120516-224354.jpg

20120516-224404.jpg

La Nouvelle

Salazie & le piton d'Anchaing, depuis le col de Fourche

20110701-231158.jpg

Mafate et Marla, depuis le col de Fourche

Plaine des Tamarins, Mafate

 

Aujourd’hui, après une série fatale de gardes enchainées et déchainées, et alors que j’avais prévu une matinée balade : panne de réveil.
Neuf heures, à peine levé, de mauvais poil… Heureusement, le temps semble beau, ce que confirment les webcams, allez, allons!

Sur la route de l’Est, pas un seul nuage, du coup, au lieu de m’arrêter à Saint-André, du côté de la Rivière du Mât, histoire de découvrir le Bassin des Aigrettes, je prolonge vers Salazie, et encore plus haut vers Grand Ilet, deux heures de route ou presque, au son de Yodelice (Cardioid et Tree of Life).

Grand beau… Je monte presque jusqu’au col des Bœufs, et pars pour un grand tour. Il est presque midi, si je ne veux pas faire trop le malin dans le noir avec ma petite torche, il faudra faire demi tour à 15h.
Ce sera ma plus belle balade jusqu’ici à La Réunion!

Je grime vers Mafate via le col de Fourche (1h30) : spectacle et dépaysement garanti! Ensuite descente vers la Plaine des Tamarins. Dans le grandiose cirque de Mafate, cette enchanteresse forêt de tamarins des hauts invite au songe. Ce grand bois torturé est parsemé de clairières verdoyantes et calmes. Un régal!

Arrive 15:00! Je suis à un ou deux km de La Nouvelle, que l’on devine déjà plus bas, surplombant la Rivière des Galets. Tant pis… Retour par le col des Bœufs, plus court, plus prudent, mais bonjour les genoux et les quadriceps! Puis descente par la route forestière jusqu’à la voiture. Une heure d’avance sur la nuit… C’était plus prudent!

A refaire, avec une ou deux nuits dans le cirque de Mafate!

20110701-231208.jpg

GR1 vers La Nouvelle, Bois de Tamarins

20110701-231214.jpg

Plaine des Tamarins, Mafate

20110701-231243.jpg

La crête d'Aurère, en arrivant à La Nouvelle

20110701-231239.jpg

Mafate