Souffleur

Quand la lave se répand jusqu’à la mer – ce qui n’a pas eu lieu depuis une demi-douzaine d’année, je le déplore – certaines coulées où fontaines voient leur périphérie refroidir plus vite que leur cœur, qui s’écoule facilement jusqu’à la nouvelle limite littorale. Lorsque la source se tarit, le conduit se vide par gravité et des boyaux se forment. Il ne manque plus alors que l’effondrement d’une petite partie du toit, par faiblesse, par contraction, par mouvement du sol ou sous son propre poids, pour que naisse un « souffleur ».
A chaque vague de hauteur bien ajustée qui s’y engouffre, l’air prisonnier se comprime avant d’être bruyamment éjecté avec des embruns comme de l’évent d’une monstrueuse baleine !
Sensations garanties… Video à voir.

Le souffleur de Ravine Ango.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s