Saint-Expédit

Saint-Expédit est un vrai phénomène local. Pour peu que l’on n’y prenne gare, on passe rapidement à côté de ses autels sans leur accorder grâce. Pourtant ils méritent largement un peu d’attention, tant pour leur valeur symbolique religieuse qu’en raison de leur caractère tellement typique. Voyez la page wikipédia en lien dans le premier mot de ce paragraphe, ou bien encore la page de la galerie Constellation qui y consacrait récemment une exposition vente. Celle-ci était organisée sur un thème très moderne, porté par deux artistes locaux rebaptisant le Saint : 5XP10. Leurs oeuvres étaient vendues sans prix fixe : comme au Saint lui-même, on s’en remet à la merci d’éléments échappant à tout contrôle, et l’on joue le prix au… hasard ?!
« Les dessins sont en ventes, avec une originalité majeure dans l’approche du prix : vous pouvez vous en remettre au hasard. Soit vous emportez votre dessin à 350€, prix de vente fixe, soit vous tentez votre chance en jetant un dé à six faces. Si vous faites 1, vous ne paierez que 100€ ; si vous faites 2, ce sera 200€ ; et ainsi de suite jusqu’à payer 600€ si vous avez l’infortune de tomber sur 6. Le marché de l’art dont vous êtes le héros, quoi. »
Voici l’illustration de l’omniprésence du personnage. Un autel fleuri au milieu du sentier Scout, une des voies d’entrée dans le cirque de Mafate, qui n’est pas sans danger, surtout lorsqu’il pleut. Comme Kid Kreol & Boogie, je joue le jeu du contraste du rouge et noir 😉

Saint-Expédit - Sentier Scout, Cirque de Mafate

©arnaudroussiaux#13

La Chapelle du Bras-Rouge


Il y a plein d’avertissements au départ du sentier pour La Chapelle du Bras-Rouge (Cilaos), mais le chemin n’est pas plus risqué qu’un autre… en haute montagne. S’il pleut, par contre, c’est autre chose, étant donné le nombre de franchissement de gués plus ou moins au sec… Là : pas de nuages, donc peu de risques sauf si on loupe un virage.

Allons!

En descente raide on laisse derrière soi les dernières habitations cilaosiennes et les premières lentilles s’annoncent. Les voici dans la belle lumière du couchant (16:30 seulement!!).

On les bat sur place à l’ancienne, au fléau sur de grandes bâches blanches, pour les séparer des tiges qui feront fourrage.

Au passage, un joli point de vue au loin sur l’Ilet à Cordes. Le chemin que nous allons descendre pourrait nous mener jusque là-bas, c’est « lo somin lontan », l’ancienne voie piétonne vers ce plateau sec et fertile.

La descente est en sous-bois de filaos, le long d’une petite ravine très zénifiante.

Le panorama est grandiose.

L’arrivée est spectaculaire.

Il faut contourner de belles roches et autres galets… Sportif! Et aussi se mouiller les pieds, en dépit du GoreTex™
Une bonne pause, creusage de barrage, mouillage de maillot de bain, et retour vers Cilaos, 500 m plus haut!

Allons à Cilaos!

Une petite heure de lacets serrés s’annonce sous peu… avec une météo pareille ça promet! Pour le moment, on est encore du côté de Saint-Louis.

Les virages s’enchaînent, et avec eux les points de vue!

Jusqu’au terminus du jour tellement typique, qui s’offre le luxe d’un coucher de soleil sans nuages. Bôôôôôô 😉

Retour au camp de base pour une nuit d’acclimatation avant une petite séance de crapahutage montagneux demain!

Bye bye!