Garde

20121207-113856.jpg

À 3h, le réanimateur marche à l’adrénaline et au café, trouve le reste de l’hôpital plutôt désert, croise de rares noctambules sous nicotine ou en mal de taxi, et tout ça ne manque pas d’un charme étrange un peu Hitchcockien…

Publicités